Communiqué de presse : Réflexion de la COMECE et de la FAFCE sur le rôle des personnes âgées en période de changement démographique


« Les personnes âgées sont un don et une ressource, […] elles ne peuvent être considérées séparément de nos communautés », déclarent la Commission des Épiscopats de l’Union européenne (COMECE) et la FAFCE dans un document de réflexion sur « Les personnes âgées et l’avenir de l’Europe », publié conjointement le jeudi 3 décembre 2020. Les secrétaires généraux de la COMECE et de la FAFCE : « Transformons la crise de Covid-19 en une opportunité pour changer de paradigme et régénérer notre façon d’aborder le sujet les personnes âgées ».

Intitulé « Les personnes âgées et l’avenir de l’Europe : solidarité intergénérationnelle et soins en période de changement démographique », le document appelle les décideurs politiques européens et nationaux à développer un nouveau paradigme pour régénérer notre manière de penser, en période de changement démographique et de contexte actuel de pandémie.

Le document de réflexion de la COMECE et de la FAFCE fait suite à la publication du « Rapport sur l’impact du changement démographique en Europe » de la Commission européenne et constitue une contribution pour le futur « Livre vert sur le vieillissement », dont la publication est prévue pour 2021.

« Les personnes âgées font partie intégrante de la famille, elles sont une source de soutien et d’encouragement pour les jeunes générations. Elles ne peuvent être séparées de la société et des réseaux relationnels » – lit-on dans le document de la COMECE et de la FAFCE, qui souligne que les personnes âgées ne sont pas seulement des personnes vulnérables, mais aussi des acteurs dynamiques de la vie sociale.

L’actuelle pandémie de COVID-19 a révélé des vulnérabilités cachées dans nos sociétés et les personnes âgées restent souvent en marge de la vie quotidienne. Selon la COMECE et la FAFCE, il est temps de reconnaître le rôle crucial des personnes âgées, de les protéger, de les soutenir et de les inclure, en leur assurant une pleine participation à la vie sociale.

Le document de réflexion recommande aux gouvernements nationaux d’utiliser les ressources du plan de relance proposé par l’UE pour investir dans les liens intergénérationnels et dans de nouvelles structures de solidarité – notamment les soins informels, le bénévolat et les environnements urbains adaptés aux personnes âgées – ainsi que dans des politiques démographiques et familiales.

Cette publication a été élaborée en collaboration avec un groupe de travail ad hoc d’experts sur la situation des personnes âgées dans l’UE. Le document sert de point de départ pour une discussion plus approfondie sur le sujet, qui comprendra également un webinaire prévu pour 2021.

Communiqué de presse Messes à plus de 30 personnes : la détermination des AFC a porté ses fruits !

Dimanche dernier, 29 novembre, le Conseil d’Etat, a entendu les requêtes portées par plusieurs associations et a enjoint le « Premier ministre de modifier, dans un délai de trois jours à compter de la notification de la présente ordonnance, en application de l’article L. 3131-15 du code de la santé publique, les dispositions du I de l’article 47 du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020, en prenant les mesures strictement proportionnées d’encadrement des rassemblements et réunions dans les établissements de culte. ».


Cette mesure apparaissait comme incohérente, inapplicable et méprisante à l’égard des religions alors que les transports, entre autres, accueillent du public sans limite de densité.


La détermination des Associations Familiales Catholiques – qui étaient représentées à l’audience, aux côtés d’autres associations, notamment le CPDH – a porté ses fruits.  


Pour les Associations Familiales Catholiques, il s’agit d’une mesure de paix sociale. Elles se réjouissent que tous les fidèles puissent de nouveau assister à leur culte. 

Reprise des messes : action en justice à venir

Communiqué interne, du 26 novembre 2020

Ce matin, le Premier ministre a confirmé l’annonce faite par le Président de la République mardi soir. La reprise des cultes en présence de public sera possible dès le samedi 28 novembre, certes, mais en dépit et au mépris de la concertation pourtant entreprise avec les représentants des cultes, dans la limite incohérente de 30 personnes. Cette mesure pourra être réévaluée le 15 décembre.


Tout comme de nombreux fidèles de toutes confessions, les AFC estiment que cette décision est absurde sur le fond, méprisante sur la forme et qu’elle ne permet pas aux familles de pratiquer leur culte, particulièrement pour les Catholiques au cours de ce temps de l’Avent qui commence.


Nous agirons en justice dès que le décret officiel sera publié

et vous en tiendrons informés.

Communiqué de presse | Conseil de Présidence de la FAFCE: La famille est le coeur de la relance post-pandémie

Résolution du Conseil de Présidence de la FAFCEBruxelles, le 12 novembre 2020 

La FAFCE a tenu mardi son Conseil de Présidence biannuel, rassemblant des représentants d’associations membres de toute l’Europe.

Partageant la même préoccupation pour l’avenir de l’Europe après la pandémie, les membres de la FAFCE ont adopté une résolution sur « La famille est le cœur de la reprise post-pandémique« , réitérant leur appel à adopter « un nouveau paradigme pour mettre la famille et les associations familiales au centre des politiques de long-terme en Europe« . Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, a déclaré que « cette résolution pourrait être un Manifeste de ce temps. Nous poursuivrons notre travail pour convaincre les institutions européennes et les gouvernements nationaux de la nécessité d’utiliser le plan de relance et le budget de l’UE pour des politiques démographiques et familiales« .

De fait, cette résolution ne pouvait pas tomber à un meilleur moment, puisque plus tôt dans la journée le Conseil de l’UE venait tout juste de trouver un accord avec le Parlement européen sur le prochain budget à long terme de l’UE et l’instrument de relance « Next Generation EU ».

La résolution du Conseil de Présidence souligne que « les politiques d’urgence sont cruciales pour éviter l’appauvrissement des familles et constituent la juste reconnaissance de leur engagement durant la pandémie« . De même, les membres de la FAFCE ont spécifiquement appelé « tous les États membres de l’Union européenne à d’urgence inclure des politiques démographiques et familiales dans le fonds de relance de l’UE afin de garantir un avenir durable pour l’Europe« .

Vincenzo Bassi a déclaré : « Par cette résolution, nous souhaitons également adresser un message aux institutions européennes, au moment même où celles-ci annoncent leur accord sur le budget de l’UE et sur le « Next Generation UE » : nous souhaitons que ces fonds soient utilisés comme un investissement pour une Europe résiliente. Cela signifie investir dans des politiques démographiques pour assurer un équilibre intergénérationnel. Sinon il s’agira d’une dette supplémentaire sur les épaules de nos enfants. Nous devons investir pour la prochaine génération, et non à ses dépens. Il est temps de donner confiance aux familles et de reconnaître leur rôle fondamental pour nos communautés« .

Lors de ce Conseil de Présidence, qui s’est déroulé en ligne en raison des restrictions sanitaires dans plusieurs pays européens, la Fédération a eu le plaisir d’échanger sur ses activités et d’accueillir deux nouveaux membres observateurs, le Human Dignity Center (Hongrie) et la Life Network Foundation (Malte).

Communiqué – La participation des fidèles aux célébrations du culte toujours impossible pour le Conseil d’État

Lundi 2 novembre, avec des évêques, des associations et des particuliers, les Associations Familiales Catholiques ont déposé une requête en référé-liberté devant le Conseil d’Etat pour demander au Gouvernement de permettre aux fidèles de participer aux célébrations publiques du culte. 


Jeudi 5 novembre, devant le juge des référés, nous avons plaidé la cause des familles afin qu’elles puissent exercer leur culte, une liberté fondamentale dans notre pays, et y trouver le soutien spirituel dont elles ont plus que jamais besoin.


L’ordonnance rendue ce samedi par le juge des référés du Conseil d’État ne nous donne pas satisfaction, tant les considérations qui la motivent apparaissent juridiquement et factuellement fragiles. Même si le Conseil d’État clarifie les modalités dérogatoires*, notamment pour permettre aux fidèles de se rendre dans un lieu de culte éloigné de plus de 1 km de leur domicile, permettre aux ministres du culte de se rendre au domicile de leurs fidèles et autorise les mariages religieux, il n’autorise toujours pas la reprise des rassemblements communautaires.  

Les besoins essentiels ne se limitent pas aux besoins biologiques car  » l’Homme ne vit pas seulement de pain ». Les AFC seront très vigilantes à la demande pressante faite au Gouvernement par le Conseil d’État de mener sans tarder une concertation avec les représentants des cultes, ce qu’il n’avait pas fait à l’occasion de ce second confinement, et que cette concertation permettra de trouver des solutions pour que la liberté de culte soit pleinement respectée.  

* Des instructions ont été données pour que les fidèles puissent se déplacer dans le lieu de culte le plus proche de leur domicile ou situé dans un périmètre raisonnable autour de celui-ci en cochant, la case « motif familial impérieux ».