Les cinq cadeaux que la famille apporte à la société (article Aleteia) – Pascale MORINIERE.

Lors de la soirée de clôture de l’Université de la Vie organisée par Alliance Vita, le 5 février dernier, Pascale Morinière, présidente des Associations Familiales Catholiques (AFC), a résumé en cinq points les bienfaits de la famille pour chaque être humain et pour la société : école de l’amour, accueil de la vie, humanisation, socialisation, solidarité.

Si le mouvement des no kids ou child free fait bien souvent les titres de la presse, il est loin de refléter l’opinion très majoritaire de nos concitoyens : dans un sondage du Parisien d’octobre dernier, 83% des Français interrogés plaçaient la famille en tête de leurs préoccupations, bien avant le travail, les loisirs ou l’argent… A rebours du courant malthusien des child free, les Français plébiscitent la famille. Le cœur de chaque Français bat d’abord pour sa famille ! 

La famille apporte à chaque être humain et à la société cinq présents qu’elle seule est capable de transmettre. Voici ces cinq présents :

La famille est un lieu de croissance humaine, elle est la première école de l’amour, là où on apprend, si on le veut bien, à se décentrer du « moi d’abord » qui nous encombre si souvent !

La famille offre la vie. Elle est le berceau de la vie humaine. La philosophe Hannah Arendt rappelait qu’à chaque génération, « le miracle qui sauve le monde, c’est la naissance d’hommes nouveaux ». C’est dans la famille que ce miracle s’accomplit.

La famille apporte aussi l’humanisation des nouveaux êtres humains, par l’amour, bien sûr, mais aussi par la transmission du langage sur les genoux de nos parents. Entrer dans le langage permet de se comprendre soi-même, ouvre à la relation avec autrui avec les mots et non par la violence et, enfin, permet de s’insérer dans une culture. 

La famille est encore la matrice, l’incubateur de la vie sociale : elle apprend à chacun à se situer dans des relations d’altérité et à sortir de la toute-puissance du petit enfant. Elle permet de découvrir par « l’irréductibilité du masculin au féminin », comme l’écrit Sylviane Agacinski, que  » je » ne suis pas le tout de l’humanité. De proche en proche, cette aptitude à la vie sociale tisse et consolide toute la société.

Enfin, la famille est le tout premier lieu de la solidarité. C’est le premier amortisseur social parce que c’est le lieu de l’amour « sans si, ni mais », l’amour inconditionnel, celui qui affirme : « Quoi qu’il arrive, je serai là pour toi ».

Dans une famille, il y a aussi des éclats de voix et des portes qui claquent, des familles blessées et des familles blessantes ! Bien sûr, mais à force de ne regarder que ce qui dysfonctionne, on en oublie de présenter les bienfaits des familles pour chacun et pour la cohésion de la société dans son ensemble : école de l’amour, accueil de la vie, humanisation, socialisation, solidarité. La famille ouvre l’avenir ! Quand les familles vont bien, c’est toute la société qui va mieux. La famille est la première agence de paix. Avant tout engagement pour une noble cause, commençons par prendre soin des nôtres : c’est la paix du monde qui à chaque fois en ressortira grandie.

ATELIER ENFANT DE PARENTS SEPARES.

Pourquoi je n’arrive plus à parler à maman et papa?

Comment faire s’ils ne sont plus tous les deux avec moi?

📢 Parcours de 4 séances 

à partir du mercredi 13 mars 2024-16h30 à 18h30

Accompagnez vos enfants dans cette situation grâce aux ateliers pour enfants de parents séparés. Un groupe de parole qui permet aux enfants de s’exprimer sur leur vécu et sur cette transition familiale.

Un atelier animé par 2 médiatrices familiale diplômées d’État.

Atelier pour les enfants de parents séparés – Maison Familya de Lyon (familya-lyon.fr)

Papa et Maman se séparent … Et moi ?


En complément de la médiation familiale, la maison Familya de Lyon propose un atelier pour les enfants de parents séparés,

La séparation a des effets sur l’enfant, mais c’est avant tout la façon dont elle sera gérée par ses parents qui aura un impact plus ou moins négatif. Entre une banalisation parfois excessive des effets de la séparation sur l’enfant, et une dramatisation exagérée, une troisième voie est à trouver : une attention redoublée aux besoins des enfants dans ces circonstances.

Si les besoins de l’enfant restent les mêmes avant et après la séparation, la séparation peut rendre plus difficile la satisfaction de certains besoins. Ainsi, les besoins d’amour et de sécurité peuvent être particulièrement mis à mal en cas de conflits aigus entre les parents.

L’atelier pour les enfants de parents séparés vise à aider les enfants à exprimer leur ressenti et à vivre au mieux la transition familiale liée à la séparation de leurs parents.

LE PARCOURS

Pour qui ?

Les enfants âgés entre 8 et 12 ans, dont les parents sont séparés ou en cours de séparation
N’hésitez pas à nous contacter si votre enfant ne se situe pas dans cette tranche d’âge. Sa participation peut être envisagée après discussion avec l’une des animatrices.

Quels objectifs ?

Les ateliers permettent aux enfants de rencontrer d’autres enfants qui vivent une situation comparable et avec eux, ils peuvent :

  • mettre des mots sur le changement de leur famille
  • partager leur vécu et les émotions liées à ce changement
  • apprendre à mieux gérer les situations conflictuelles
  • construire de nouveaux repères
  • apprendre à exprimer leurs besoins

Qui sont les animateurs ?

L’atelier est animé par deux professionnels diplômés (médiatrices familiales DE). La co-animation permet d’accorder une attention à chaque enfant tout en veillant à la dynamique du groupe.


Le déroulement de l’atelier

Les ateliers se déroulent sur 4 mercredis consécutifs, de 16h30 à 18h30 :

  • Séance 1 : Ma famille et la séparation
  • Séance 2 : Et moi, comment je vis ce changement ?
  • Séance 3 : Quelle est ma place dans tout ça ?
  • Séance 4 : Ce que j’ai envie de dire à mes parents …

Les parents participent à la dernière séance de l’atelier.


Quels résultats ?

Les enfants :

  • sont unanimes sur l’importance d’avoir un espace privilégié pour aborder toutes les
    questions liées à la séparation de leurs parents. Ils se sentent plus sereins.
  • disent se sentir plus à l’aise pour communiquer et pour parler de leurs émotions.
  • ont une meilleure connaissance d’eux-mêmes et de leurs besoins.
  • sont rassurés de ne pas avoir à assumer un rôle qui n’est pas celui d’un enfant.
  • sont heureux d’avoir pu partager leur vécu avec d’autres enfants : ils ne se sentent plus seuls
    face à la séparation et cela les renforce dans leur capacité d’adaptation à la nouvelle
    configuration de leur famille.


Les parents

  • ont pu entendre comment leurs enfants vivent la séparation et mieux comprendre quels sont
    les enjeux pour les accompagner dans ce changement.
  • sont renforcés dans leur rôle de parents.
  • apprennent à mieux répondre aux besoins de leurs enfants.
  • peuvent prendre appui sur l’expérience de l’atelier pour favoriser le dialogue avec leurs
    enfants.

Raconte-moi l’histoire de ta vie : un concours d’écriture intergénérationnel

Les grands-parents se livrent, les enfants écrivent. C’est le thème du concours qu’organise les Associations Familiales Catholiques en partenariat avec l’hebdomadaire Famille chrétienne, l’agence Ictus Voyages et le journal Famileo un concours d’écriture pour favoriser le développement des relations familiales entre les générations.

Renforcer les liens entre les générations

Les petits-enfants sont invités à recueillir, à l’occasion de plusieurs échanges avec eux, les mémoires de leur grand-père ou de leur grand-mère, et à les rédiger sous la forme d’un entretien, ou d’un récit de vie. Faire mémoire d’une histoire familiale invitera grands-parents et petits-enfants à enrichir et à consolider leurs liens, et à favoriser la transmission d’expériences de vie où les jeunes générations auront ensuite à cœur de s’enraciner.

Le dialogue pourra s’amorcer par la relation des souvenirs d’enfance, des études et du parcours des grands-parents, leurs métiers, l’histoire de leur rencontre, les anecdotes marquantes de la vie de famille etc.  Les plus âgés trouveront ainsi l’occasion de mesurer l’importance de leur rôle auprès de leurs descendants. Les jeunes (re)découvriront à leur tour combien leur grand-père et leur grand-mère recèlent des trésors !

De nombreux prix pour les lauréats

Un jury composé de 7 membres sera mandaté pour sélectionner le(s) meilleur(s) récit(s), et attribuer les prix aux gagnants. Le meilleur écrit recevra dix exemplaires de son ouvrage imprimé par les soins de la Confédération des A.F.C. pour promouvoir auprès du grand public un témoignage de vie enrichissant pour tous.

Parmi les autres récompenses figurent un voyage offert par Ictus Voyages pour un jeune âgé de 16 ans au plus, à valoir sur un séjour à Rome « grands-parents/petits-enfants » si le jeune voyage avec un grand-parent (avant le 31 décembre 2025), trois abonnements intégraux (magazine et web) d’un an à Famille chrétienne, et trois « box Famileo » avec six mois d’abonnement.

Comment participer ?

Le concours Raconte-moi l’histoire de ta vie est gratuit est ouvert à tous à partir de 15 ans. Les jeunes écrivains ont jusqu’au 31 octobre 2024 pour remettre deux exemplaires de leur participation (une vingtaine de pages) à l’adresse suivante : Confédération nationale des A.F.C. 28 place Saint-Georges, 75009 Paris ainsi qu’un envoi par courriel à concours@afc-france.org

Toutes les informations relatives au concours sont disponibles et téléchargeables : REGLEMENT DU CONCOURS

Contact : concours@afc-france.org

L’eutrapélie, cette vertu à conquérir pour adoucir la vie de famille (Article Aleteia)

Mathilde de Robien – publié le 01/02/24

L’eutrapélie est la vertu de bonne humeur. Appliquée à la vie de famille, elle est promesse de détente, de joie et de paix.

L’eutrapélie est difficile à cerner car elle a eu plusieurs significations au fil des siècles. Jusqu’à ne plus apparaître dans les dictionnaires généralistes d’aujourd’hui, ce qui est bien triste! Pendant longtemps, cette disposition de l’esprit érigée en vertu par saint Thomas d’Aquin, a eu deux facettes. Du grec eutrapelia, eutrapélie signifie littéralement « facilité à se tourner ». Elle définit la souplesse d’esprit, la finesse, mais aussi une certaine démesure. Elle a ainsi longtemps gardé un sens péjoratif lorsqu’elle était attribuée aux mauvais plaisants, ou aux personnages grossiers. Dans son Épître aux Éphésiens, saint Paul utilise le mot eutrapelia pour désigner et condamner des « propos grossiers, stupides ou scabreux » (Eph 5, 4) qu’il juge malvenus chez des chrétiens.

Ce sens péjoratif côtoyait un sens positif, développé par Aristote. Le philosophe grec définit l’eutrapélie comme une « impertinence polie », une « démesure tempérée par la bonne éducation » (Rhétorique). Aristote en parle comme de la « bonne tournure » de paroles ou d’actes pour réaliser un bien. Ainsi donne-t-elle naissance à l’enjouement, à la joie simple d’être ensemble, mais aussi à la détente méritée après l’effort ou le devoir accompli.

Au XIIIe siècle, saint Thomas d’Aquin vante les bienfaits de l’eutrapélie, un repos nécessaire à l’âme, une détente bienvenue sans s’éloigner pour autant de la vertu de tempérance ou du regard de Dieu. Ni paresse, ni exubérance, l’eutrapélie s’épanouit dans la bonne humeur, la blague innocente, le sourire et le rire. Une vertu à rechercher, pour saint Thomas d’Aquin, car de même que le corps a besoin de se reposer, l’âme a besoin de se détendre : « De même que la fatigue du corps disparaît avec le repos du corps, de même, il faut que la fatigue de l’âme disparaisse avec le repos de l’âme. Or, le repos de l’âme, c’est le plaisir. Et les paroles et actions où l’on ne recherche que le plaisir de l’âme s’appellent divertissement ou récréation. Il est donc nécessaire d’en user de temps en temps, comme moyen de donner à l’âme un certain repos. » (Somme théologique)

L’eutrapélie appliquée à la vie de famille

Dans la revue L’Anneau d’Or de mai 1946, le père Henri Caffarel, fondateur des Équipes Notre-Dame, fait l’éloge de l’eutrapélie et invite à s’interroger sur sa pratique lors de son examen de conscience. Car, souligne-t-il, « sa pratique est d’une grande importance dans la vie de société et, très spécialement, dans la vie de famille ». La bonne humeur a en effet de grands pouvoirs. D’abord, elle facilite la pratique des vertus. « Sans elle, tout est laborieux, avec elle, tout devient aisé », souligne le père Henri Caffarel.

Elle est créatrice d’amour et de bonheur grâce à sa puissance d’union et de réconciliation.

Ensuite, elle obtient des miracles de réconciliation. « Elle est créatrice, dans la famille, d’amour et de bonheur grâce à sa puissance d’union et de réconciliation », affirme le prêtre. S’il y a de « légers mécontentements à dissiper » ou des pardons à donner, l’eutrapélie, la bonne humeur, favorise ce rapprochement entre les êtres. « Elle commence par réconcilier les êtres avec eux-mêmes, premier temps de leur réconciliation avec les autres. Elle les réconcilie également avec la vie, ses humbles tâches et ses grands devoirs ».

Une vertu contagieuse

En outre, la bonne humeur est contagieuse. « Si l’eutrapélie règne dans votre foyer, elle communiquera sa tonalité aux choses comme aux personnes », précise encore le père Henri Caffarel. Il s’agit de ce qu’on appelle en psychologie les « interactions favorables ». Dans son récent ouvrage L’amour durable (Artège), Marc d’Anselme, général dans l’Armée devenu psychologue et thérapeute de couple, en donne un exemple parlant pour démontrer combien « notre état d’esprit imprègne nos proches ».

« Imaginons un père de famille rentrant chez lui. A l’entrée, il bute sur le cartable d’un enfant qui traîne et hurle son exaspération ! Assurément le dîner se passe mal… », illustre-t-il. Les enfants se disputent, la femme boude… Que ce serait-il passé s’il avait enjambé le cartable et eu un mot gentil pour chacun ? Sans doute l’atmosphère familiale eût été bien différente. « Chacun de nous possède le pouvoir de déclencher des réflexes positifs ou négatifs avec son entourage. Inconsciemment, les neurones miroirs captent l’état d’esprit d’autrui qui se généralise ainsi entre les personnes qui se mettent spontanément sur une même modalité d’humeur », explique le psychologue.

Une vertu à conquérir

Cette disposition de l’esprit n’est pas évidente à adopter tous les jours ! C’est pourquoi il s’agit bien d’une vertu, à travailler, à développer, à conquérir. « Car il s’agit d’une conquête », reconnaît le père Henri Caffarel. « Tout homme en possède les germes, il ne les développe cependant que par un patient effort. Sa pratique sans défaillance exige parfois un véritable héroïsme ». Héroïsme face au cartable qui traîne dans l’entrée, par exemple…