Interpellation des élus contre l’euthanasie et le suicide assisté – Tout Mais Pas Ça ! (toutmaispasca.org)

Pour empêcher la légalisation de l’euthanasie

IL FAUT AGIR

Alertons les parlementaires sur les dangers du projet de légaliser une «aide active à mourir» et appelons-les à protéger la vie. Il est de notre devoir d’interpeller nos élus et de leur enjoindre de ne pas voter ce projet de loi qui leur sera soumis avant l’été !

L’année 2024 serait celle de « nos valeurs » a proclamé le premier ministre Gabriel Attal dans son discours de politique générale le 31 janvier 2024 au Sénat. « Permettre à chacun de mourir dans la dignité » en est une, explique-t-il avant de rentrer dans le détail de l’« en même temps »,  « d’une part nous déploierons plus d’unité de soins palliatifs – une par département, au moins. D’autre part, nous examinerons avant l’été, un projet de loi sur l’aide active à mourir ».

Ce discours réamorce l’offensive euthanasique qui semblait fragilisée en janvier 2024. Le changement de gouvernement n’y était pas pour rien : sortie de la ministre déléguée à la santé Agnès Firmin le Bodo qui portait avec ardeur le projet de loi depuis son origine; nomination de Catherine Vautrin à la tête d’un vaste ministère (Travail Santé Solidarités). Cette ancienne sarkoziste s’est sentie obligée d’exposer une forme d’approbation vis à vis de la mort administrée : « je n’ai pas de difficulté à aborder ce sujet [mais il faut] légiférer d’une main tremblante ». Elle vient de se voir attribuer un ministre délégué à la Santé : le député Frédéric Valletoux.
Le député Valletoux signait en juillet dernier une tribune dans Le Monde affirmant très justement « La fin de vie c’est encore la vie », mais l’avis du député sera-t-il celui du ministre délégué à la Santé nouvellement nommé ? On voit mal comment l’intention déterminée, plusieurs fois réitérée de sa ministre de tutelle pourrait changer. Il ne peut ignorer qu’il a intégré un gouvernement piloté par un exécutif favorable à la légalisation de l’euthanasie.

Dans ce contexte, les promoteurs de l’euthanasie se sont employés à « mettre la pression ». Tribune de députés supporters de la mort maîtrisée, mobilisation de l’ADMD et exposition de leur égérie, Line Renaud, sur le plateau de 7 à 8 pour diffuser gaiement son message mortifère.

Face à ce lobbying qui n’a que la mort à offrir aux Français accablés par la hausse du taux de suicide des jeunes ; Face aux exemples étrangers qui ne cessent de prouver qu’une légalisation de la mort administrée augmente le nombre de suicides et étouffent les soins palliatifs ; on ne peut baisser les bras.

Il est de notre devoir d’interpeller nos élus et de leur enjoindre de ne pas voter ce projet de loi qui leur sera soumis avant l’été. Leur sensibilisation à la vie humaine, au respect des plus dépendants, malades, en fin de vie, commence maintenant. Contactez vos élus pour leur donner votre point de vue (de vie ) : Tout mais pas ça !


>> Contactez vos parlementaires grâce à notre outil d’interpellation en ligne <<

Raconte-moi l’histoire de ta vie : un concours d’écriture intergénérationnel

Les grands-parents se livrent, les enfants écrivent. C’est le thème du concours qu’organise les Associations Familiales Catholiques en partenariat avec l’hebdomadaire Famille chrétienne, l’agence Ictus Voyages et le journal Famileo un concours d’écriture pour favoriser le développement des relations familiales entre les générations.

Renforcer les liens entre les générations

Les petits-enfants sont invités à recueillir, à l’occasion de plusieurs échanges avec eux, les mémoires de leur grand-père ou de leur grand-mère, et à les rédiger sous la forme d’un entretien, ou d’un récit de vie. Faire mémoire d’une histoire familiale invitera grands-parents et petits-enfants à enrichir et à consolider leurs liens, et à favoriser la transmission d’expériences de vie où les jeunes générations auront ensuite à cœur de s’enraciner.

Le dialogue pourra s’amorcer par la relation des souvenirs d’enfance, des études et du parcours des grands-parents, leurs métiers, l’histoire de leur rencontre, les anecdotes marquantes de la vie de famille etc.  Les plus âgés trouveront ainsi l’occasion de mesurer l’importance de leur rôle auprès de leurs descendants. Les jeunes (re)découvriront à leur tour combien leur grand-père et leur grand-mère recèlent des trésors !

De nombreux prix pour les lauréats

Un jury composé de 7 membres sera mandaté pour sélectionner le(s) meilleur(s) récit(s), et attribuer les prix aux gagnants. Le meilleur écrit recevra dix exemplaires de son ouvrage imprimé par les soins de la Confédération des A.F.C. pour promouvoir auprès du grand public un témoignage de vie enrichissant pour tous.

Parmi les autres récompenses figurent un voyage offert par Ictus Voyages pour un jeune âgé de 16 ans au plus, à valoir sur un séjour à Rome « grands-parents/petits-enfants » si le jeune voyage avec un grand-parent (avant le 31 décembre 2025), trois abonnements intégraux (magazine et web) d’un an à Famille chrétienne, et trois « box Famileo » avec six mois d’abonnement.

Comment participer ?

Le concours Raconte-moi l’histoire de ta vie est gratuit est ouvert à tous à partir de 15 ans. Les jeunes écrivains ont jusqu’au 31 octobre 2024 pour remettre deux exemplaires de leur participation (une vingtaine de pages) à l’adresse suivante : Confédération nationale des A.F.C. 28 place Saint-Georges, 75009 Paris ainsi qu’un envoi par courriel à concours@afc-france.org

Toutes les informations relatives au concours sont disponibles et téléchargeables : REGLEMENT DU CONCOURS

Contact : concours@afc-france.org

LIEN VERS LA CHAINE YOUTUBE DES AFC: A UTILISER COMME RESSOURCES SUR PLEIN DE SUJETS !

Les AFC en vidéos ! – YouTube

Vous y retrouverez parmi d’autres ressources le documentaire « Les souffrances cachées de l’euthanasie ».

Témoignages et expériences, bientôt en France ?

Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes, celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable drame qui se joue dans les familles.

Une production CNAFC, scénario et réalisation Benoît Hautier, montage, mixage, photographie OwlView production.

Durée du film : 45 minutes

NOUVEAUTE ! LANCEMENT D’UNE NOUVELLE PROPOSITION AFCélib !

Cher Célib’,

Tu souhaites te lancer dans l’aventure d’un week-end rencontres sérieux et convivial organisé par les AFC ? Nous serions heureux de te compter parmi les participants et de t’emmener sur la route des vins les 20 et 21 avril 2024 !

Début du week-end à 13h le samedi (possibilité de venir pique-niquer sur place à partir de 12h) et fin des festivités le dimanche après-midi.

Ce week-end sera rythmé par plusieurs temps forts organisés par une équipe jeune et motivée dans le cadre agréable du château de Mesnil-Voysin (Essonne). Il est ouvert aux célibataires de 25 à 40 ans. La PAF est de 100 euros. Le lieu te permettra de dormir sous ta tente (liberté de t’organiser autrement pour te loger samedi soir).

Des navettes entre la gare et le château seront organisées.

Le questionnaire d’inscription nous sera utile pour te connaître davantage 😉 !

INSCRIPTION: Week-end afc’lib – CNAFC (helloasso.com)

L’AFC de Bordeaux lance une pétition contre un stage drag-queen pour enfants

L’association MJC CLAC de Mérignac (33) à côté de Bordeaux, organise pendant les vacances de février un stage intitulé « Drag qui casse les codes ». L’objectif de ces ateliers est de faire découvrir l’univers des drag-queens* aux enfants dès 11 ans.

L’AFC Bordeaux et Nord Gironde alerte les parents

Le stage « Drag qui casse les codes » propose entre autres aux enfants de choisir un genre et un nom de scène, de participer à un atelier de maquillage et de défiler en talons. « En tant que parent concerné, je suis profondément troublé par la décision de l’association MJC CLAC de Mérignac d’organiser un « STAGE DRAG QUI CASSE LES CODES » destiné aux enfants à partir de 11 ans pendant les prochaines vacances scolaires de février. Cette initiative ne semble pas être dans l’intérêt des enfants » explique Rémi de Corbier, président de l’AFC Bordeaux et Nord Gironde.

« Il est important que nos enfants soient exposés à une variété d’expériences et d’idées, mais il est tout aussi crucial qu’ils soient protégés contre des influences potentiellement inappropriées. L’exposition précoce à certains aspects du drag peut être déroutante pour les jeunes esprits en développement et peut avoir des conséquences psychologiques négatives » ajoute le président de l’AFC Bordeaux et Nord Gironde, qui s’appuie sur les données de l’American Psychological Association.

Une pétition a été lancée

L’AFC Bordeaux et Nord Gironde demande l’annulation du stage « Drag qui casse les codes » et a lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 5000 signatures : Pétition pour demander l’annulation du stage drag-queen de Mérignac (33)