Participez à la 6è Université d’été des familles, organisée par les AFC du 29 au 31 août 2019. Thème « Etre ici et maintenant »

Les AFC organisent cette année encore une université d’été pour les familles. Un temps de réflexion et de formation pour les grands-parents, parents et enfants autour du thème « Etre, ici et maintenant »

Les dates à noter dans vos agendas : du jeudi 29 au samedi 31 août 2019.

Invitation à la formation Cap Famille des AFC les 8, 9 et 10 mars 2019 à Strasbourg

Cap famille a été conçue pour vous permettre de « connaitre les AFC et savoir en parler ». Elle fait partie intégrante de la mission du responsable : elle la nourrit, elle a été pensée pour vous aider concrètement dans votre engagement au quotidien. Cette formation est ouverte aux nouveaux présidents mais également à toutes personnes ayant un engagement au sein du mouvement. (Membres de CA, administrateurs AFC en UDAF, responsables Chantiers-Education…)

Lieu : Centre Culturel Saint Thomas Maison de Formation 2 rue de la Carpe Haute 67000 STRASBOURG

Programme de la session :

5 raisons de s’inscrire à la formation :

•Cap Famille est une formation au cours de laquelle vous découvrez la culture AFC

•Cap Famille est une formation qui vous permet de rencontrer les autres présidents

•Cap Famille est une formation qui vous permet de souder votre équipe si vous venez à plusieurs

•Cap Famille est une formation qui vous permet de participer à des mises en situation

•Cap Famille est une formation concrète qui vous fait découvrir les outils à votre disposition pour gérer votre AFC

Les frais de formation et d’hébergement sont pris en charge. Une participation de 20€ est demandée par personne. Les frais de transports peuvent être pris en charge par votre AFC ou votre fédération.

Message du président des AFC sur le Grand Débat

Chers Présidents d’AFC ou de fédérations d’AFC,

Notre Mouvement ne peut rester indifférent à la crise sociale que traverse aujourd’hui la France. Si elle est porteuse de menaces, de violences et de division que nous devons nous efforcer d’apaiser, elle révèle aussi beaucoup de drames de notre société que nous dénonçons sans toujours parvenir à être entendus : la solitude, l’exclusion, l’absence de considération et de respect mutuel, la primauté de l’avoir, désespérante pour ceux dont les revenus ne leur permettent pas de suivre les injonctions des marchands…

Il est clair que la famille, quand elle est stable, est le meilleur remède à ce mal-être et à cette désespérance.

Aujourd’hui nous devons le réaffirmer avec force et utiliser tous les canaux disponibles pour nous exprimer.

L’ouverture de cahiers de doléances auprès des mairies et du Grand débat national présente de nouvelles opportunités que nous ne pouvons pas négliger.

Je vous demande donc d’inviter vos adhérents à s’exprimer sur ces cahiers de doléances et sur le site qui sera ouvert dans le cadre du grand débat national, pour demander notamment, autour des 4 axes retenus :

– La reconnaissance de l’importance de la famille stable comme ciment de la cohésion de notre société,

– La nécessité d’une politique familiale ambitieuse pour aider les familles et leur montrer la reconnaissance de la Nation pour leur mission éducative auprès de leurs enfants,

– La prise en compte des besoins des familles en matière de logement,

– Une politique fiscale répartissant les impôts entre tous  » en raison de leurs facultés  » (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789) et donc prenant en compte les charges de famille,

– La mise en place d’aides aux familles pour la garde de leurs jeunes enfants afin de favoriser la conciliation vie familiale / vie professionnelle en respectant le choix des familles,

– La reconnaissance, dans la réforme des retraites, du service rendu à la société par les parents ayant élevé des enfants et spécialement une famille nombreuse, pour maintenir la population française et assurer l’équilibre des régimes de retraite,

– Le maintien dans le temps d’une politique familiale ambitieuse et stable donnant confiance aux parents,

Mais, puisqu’aucun sujet n’est interdit, et dans la mesure où il s’agit de favoriser la stabilité de la famille, je vous invite aussi à demander à nouveau :

– La stabilité du droit de la famille permettant à chacun de connaître ses origines et l’application du principe de précaution avant d’adopter des législations de circonstances mettant en péril les repères familiaux,

– un bilan des évolutions législatives sur l’avortement et la restauration du délai de réflexion.

– La prise en compte de l’IVG comme d’un problème de santé publique et développer des études sur les facteurs de risque pour mettre en place une politique de prévention de ces facteurs (déscolarisation, sous-information sexuelle, précarité affective et psychique,etc.)

– L’éducation des jeunes en matière affective, relationnelle et sexuelle en appliquant la loi de 2001 et, aussi, éduquer sur le sens de la vie de son début (notamment sur le développement de l’embryon) jusqu’à sa fin ;

– La restauration du régime d’interdiction de principe pour la recherche sur l’embryon, assorti de dérogations ;

– La promotion d’un programme ambitieux pour le développement des soins palliatifs ;

– L’abrogation de la loi Taubira ayant ouvert le mariage et l’adoption aux couples de même sexe, dont les conséquences prévisibles seraient la  » fabrication  » ou la marchandisation d’enfants privés de père ou de mère, avec les risques eugéniques associés ;

– La promotion des NaProTechnologies, en tant que méthode de restauration de la fertilité du couple et en tant qu’alternative, crédible, à la FIV (Fécondation in vitro), et, aussi, à la contraception artificielle.

Je n’espère pas que ces cahiers et ces débats règlent tous les problèmes, ni que notre voix sera nécessairement prise en compte, mais je suis sûr que nous pourrions le regrettersi nous ne répondions pas présents.

Avec tous mes remerciements, Jean-Marie Andrès

Soutenez la voix des familles !

Chers amis,

Les événements de ces dernières semaines nous alertent sur la fragilité de beaucoup, dans notre pays.

Face à cette révolte et aux violences qu’elle a entraînées, chacun doit prendre ses responsabilités.

Pour notre part, les souffrances mises en avant renforcent et confirment nos engagements en faveur des familles : un couple stable est le meilleur rempart contre la fragilité affective ou matérielle des adultes puis de leurs enfants.

C’est le témoignage même de Noël que nous célébrerons dans quelques jours : mystère d’une famille éprouvée mais unie, où l’Enfant « inattendu » est aimé, entouré, vénéré.

A l’aube de cette nouvelle année, le travail des 300 AFC locales pour soutenir les familles, mais aussi les actions nationales qui portent la voix des familles, sont essentielles !

Nous devons poursuivre les actions engagées – car les familles en ont grand besoin – notamment pour :

  • Amplifier notre voix à l’occasion des lois bioéthique, pour empêcher la marchandisation du vivant, l’extension de la PMA ou l’euthanasie.
  • Expliquer la politique familiale, encore malmenée cette année (revalorisation notoirement insuffisante des allocations familiales, etc…), afin d’encourager les familles.
  • Développer une éducation affective, relationnelle et sexuelle belle, respectueuse et adaptée à chaque tranche d’âge. Protéger les enfants des dégâts commis par les écrans : pornographie, harcèlement, addictions.

Pour cela, je sollicite votre aide : si vous pouvez dés aujourd’hui nous adresser un don.

A l’approche de Noël, je vous adresse tous mes vœux. Qu’en famille proche ou élargie, vous puissiez accueillir la joie de Bethleem.

Avec toute mon amitié,

Jean-Marie Andrès,
Président de la CNAFC

http://www.afc-france.org/nous-rejoindre/actions/faire-un-don

Votre don est déductible de vos impôts : si vous êtes imposable, vous pouvez déduire de vos impôts 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable. Vous recevrez un reçu fiscal à la fin de l’année civile.

  • Vous pouvez aussi adresser un chèque à l’ordre de la CNAFC à l’adresse suivante : CNAFC, 28 Place Saint-Georges 75009 Paris

Retrouvez la vidéo de l’audition des AFC à l’Assemblée Nationale par la mission d’information sur la révision de la loi bioéthique le 2 octobre 2018

Multipliant les auditions, les AFC ont été auditionnées à l’Assemblée Nationale le 2 octobre 2018 par la mission d’information sur la révision de la loi relative à la bioéthique.

Bertrand Lionel-Marie, responsable du secteur bioéthique de la Confédération nationale, a été interrogé durant près de 3 heures, avec d’autres représentants d’associations familiales, par des députés parfois très militants.

Le patient travail des AFC auprès des parlementaires continue résolument, à l’Assemblée, au Sénat comme en circonscription, avant le débat parlementaire prévu en janvier 2019 qui s’annonce d’ores et déjà rude. Les AFC sauront continuer à y manifester leurs convictions.

Pour retrouver cette vidéo cliquez ici :

http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6658881_5bb330b21a3c6.loi-relative-a-la-bioethique–table-ronde-d-associations-familiales-2-octobre-2018