Communiqué de presse AFC – Comité d’Ethique : une opposition massive passée sous silence

Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu hier son rapport de synthèse de la phase de consultation citoyenne des États généraux de la bioéthique.

Sur le site internet des États généraux comme lors des réunions publiques, les adhérents des AFC se sont pleinement investis depuis 7 mois pour donner des avis convaincus, cohérents et documentés.

Les AFC se sont attachées à soigner la qualité de leurs interventions pour conjuguer sérieux, rationalité et respect d’éventuels avis différents : les AFC sont convaincues qu’il est possible d’être militant et citoyen !

Les AFC sont satisfaites que le rapport recense de manière exhaustive les différents arguments avancés.

Les AFC regrettent cependant vivement que l’analyse quantitative ait été esquivée, alors même que les avis reccueillis expriment clairement une opposition massive – des « points de tension » selon le Comité d’Éthique – aux évolutions sur les thèmes issus de demandes sociétales : la procréation et la fin de vie.

Les AFC invitent le Gouvernement et les parlementaires à la plus grande prudence sur ces sujets propres à diviser une nouvelle fois le pays, à l’heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la création de lien et le renforcement du sentiment d’appartenance à notre nation.

Les AFC se montreront très attentives à l’avis du Comité d’Éthique en septembre et poursuivront avec détermination leurs actions.
En matière de formation d’une part, pour permettre au plus grand nombre de mieux s’approprier ces sujets complexes qui touchent à la vie de chaque citoyen.
En matière d’information d’autre part, en particulier des parlementaires, pour qu’ils aient gravement conscience des enjeux pour les citoyens de leur vote le moment venu.

 

Nouveau livre d’Aude Mirkovic, adhérente AFC : La PMA un enjeu de société « Va-t-on enfin prendre les droits de l’Enfant au sérieux ? »

La PMA pour les femmes célibataires et les couples de femmes est l’une des mesures phare de la révision de la loi de bioéthique, et l’attente du public en la matière est forte. Mais, au moment d’envisager cette PMA non thérapeutique, la société doit choisir : jusqu’où voulons-nous aller avec ces techniques de procréation artificielle ? La PMA doit-elle demeurer une mesure d’exception, destinée à compenser un problème médical, ou devenir un mode habituel de procréation entrainant la société vers une nouveauté anthropologique, selon les termes du Comité consultatif national d’éthique ? 

Les Français qui se disent favorables à la PMA aux couples de femmes et aux femmes célibataires seraient-ils du même avis si la question leur était posée du point de vue de l’enfant : « pensez-vous que la loi doive organiser la conception d’enfants privés, délibérément et légalement, de père ? »

Ce qui se joue désormais n’est pas seulement la PMA pour les femmes, mais un bouleversement majeur de la société qui ne saurait en rester aux cas individuels et à l’émotion qui s’en dégage.
Il est urgent de mesurer ce que signifie exactement la PMA pour les femmes, pour en saisir les enjeux et prendre nos décisions en connaissance de cause. C’est le propos de ce livre.

Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé, est porte-parole de l’association des Juristes pour l’enfance et auteur, notamment, de PMA-GPA : quel respect pour les droits de l’enfant ?, Téqui 2016 et En rouge et Noir, Scholae 2017. 

Communiqué de presse des AFC : Grande journée d’action en faveur de la mère et l’enfant

Les Associations Familiales Catholiques (AFC) se mobilisent les 26 et 27 mai prochains, jour de la fête des mères, pour célébrer la mère et l’enfant en quêtant sur la voie publique et pour rappeler à celles qui se sentent oubliées qu’elles ne sont pas seules.

Cette quête organisée sous l’égide de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) et des Unions Départementales des Associations Familiales (UDAF) collecte des sommes substantielles chaque année. Elles sont entièrement versées à des œuvres agissant sur le terrain en faveur des mères, des futures mères en détresse et de leurs enfants. En 2017, 167 000 € ont ainsi été récoltés.

Agir pour qu’il y ait toujours une place pour une maman et son enfant est une contribution forte au service de la vie.

Pour les AFC, quêter pour la mère et l’enfant est la manière la plus concrète de s’associer à la Journée Nationale pour la Vie, de s’engager en faveur de l’accueil et du respect de toute vie, de la conception à la mort naturelle, et de délivrer à la société un message d’espérance et de joie notamment grâce au dialogue qui s’instaure avec les passants et les donateurs ce jour-là.