Parlement européen : l’avortement nouveau droit de l’homme ? Alertons nos représentants

Un projet de résolution au niveau européen inviterait solennellement les États membres à la suppression de la clause de conscience des personnels soignants.Nous vous remercions par avance de l’attention que vous porterez à ce communiqué et de vos messages auprès des responsables européens cités.

Communiqué de presse


Réforme du CESE : les fractures de la société institutionalisées

La loi du 15 janvier 2021 a modifié la composition du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), la troisième assemblée de la République, en réduisant le nombre de ses membres de 233 à 175.
Outre la suppression des quarante  » personnalités qualifiées  » nommées par le Gouvernement – dont la légitimité était remise en cause depuis longtemps – cette loi engendre une nouvelle répartition entre les organisations qui désignent les conseillers.
Un décret, publié le 24 mars 2021, directement inspiré du rapport sur la réforme du CESE de Jean-Denis Combrexelle, a précisé cette répartition de la manière suivante :
– Vie économique et dialogue social : 104 conseillers (au lieu de 142, soit -27%) ;
Cohésion sociale et territoriale et vie associative : 45 conseillers (au lieu de 33, soit + 36%) ;
Protection de la nature et de l’environnement : 26 conseillers (au lieu de 18, soit + 44%).
Les AFC devraient se réjouir de l’augmentation de la représentation de la cohésion sociale, territoriale et vie associative. Hélas cette augmentation n’est qu’un trompe-l’œil puisqu’elle fait la part belle aux évolutions sociologiques, économiques, sociales et sociétales, réduisant les représentations traditionnelles.
Par exemple, le groupe de l’Union Nationale des Associations Familiales était constitué de 10 membres :  6 élus par les UDAF et 4 désignés par les 4 principaux mouvements familiaux à recrutement général. Il est désormais réduit à 6* dont l’un doit être désigné par l’un des mouvements familiaux à recrutement spécifique les plus minoritaires en termes de nombre d’adhérents . En réalité, au moment où les confinements successifs démontrent sous toutes leurs formes l’importance de la cellule familiale pour la société tout entière, la représentativité des familles a baissé de 40% !
Le CESE fait l’objet de critique nourries depuis longtemps, en particulier sur son inefficacité. Cette nouvelle réforme acte encore un peu plus qu’en voulant reproduire l’  » archipel français  » comme il l’ambitionnait lui-même, le Gouvernement grave dans le marbre de nos institutions la mosaïque des revendications.
Les Associations Familiales Catholiques ont la conviction que c’est ainsi le plus sûr moyen de renforcer la promotion des intérêts particuliers contradictoires, au détriment du bien commun dont notre pays aurait tant besoin. 

*Membres du CESE désignés par l’UNAF le 12 avril 2021 : Marie-André Blanc (Familles Rurales), Dominique Marmier (Familles Rurales), Bernard Desbrosses (Familles de France), Marie-Pierre Gariel (Associations Familiales Catholiques), Marie-José Balducchi (Confédération Syndicale des Familles), Marie-Claude Picardat (Association des Parents et futures parents Gays et Lesbiens)

13 avril 2021
Contact presse : Claire Avalle
07 66 42 72 33
c.avalle@afc-france.org

Emmanuel Macron s’obstine à vouloir faire passer la PMA sans père : il faut réagir !!!

Le projet de loi bioéthique va être examiné une 3e fois par l’Assemblée nationale (peut être en mai 2021)  : il est URGENT de réagir !!!

Parmi les mesures les plus graves envisagées dans ce projet de loi : PMA sans père (pour les femmes seules et les couples de femmes), PMA sans motif médical (pour les couples homme-femme aussi), autoconservation des gamètes sans motif médical, filiation fictive (avec deux mères), embryons transgéniques et chimériques, gamètes artificiels, IMG pour « détresse psycho-sociale »…

Vous pouvez agir en écrivant à votre député : La Manif pour Tous met à votre disposition un site dédié : http://www.deputespourtous.fr/

Vous y trouverez toutes les informations nécessaires : les votes de votre député, des exemples de courriers, ses coordonnées…

Alors, plus d’hésitations : à vos clics, prêts, agissez !

http://www.deputespourtous.fr/

Communiqué de presse : Une victoire des AFC contre la pornographie

.

Le 3 mars 2021, la Cour d’appel de Paris a rendu un arrêt donnant raison aux Associations Familiales Catholiques, qui poursuivent en justice, depuis 2008, trois sites pornographiques accessibles aux mineurs ou représentant des mineurs.

Le premier diffusait des dessins animés pornographiques mettant en scène des personnages imaginaires pouvant correspondre à des mineurs.

 
Le second diffusait gratuitement des vidéos pornographiques amateurs.


Le troisième permettait à un client d’ordonner à un  » modèle  » bien souvent résidant dans un pays pauvre d’exécuter, via une web cam, des actes sexuels précis à distance pour sa satisfaction, contre un paiement.

La justice a enfin reconnu que le contenu de ces sites était à la portée des mineurs et que les personnages mis en scène par le premier étaient des mineurs, même imaginaires.

Par ailleurs, trop prudemment, la Cour d’appel a refusé de faire évoluer la définition traditionnelle de la prostitution (et du proxénétisme), désormais rendue possible « sans contact physique avec le client », comme le propose le troisième site. C’est pourquoi les AFC se pourvoient en cassation pour faire élargir cette définition.

Plus de dix ans pour faire aboutir, laborieusement, une procédure et se voir donner raison par la justice ! C’est une illustration des résistances qu’il faut affronter pour faire entendre l’inquiétude des familles sur ces sujets.


La prise de conscience récente par la société tout entière des méfaits de la pornographie, la volonté affichée par le Gouvernement de s’y opposer et, plus encore, les drames révélés largement au grand jour ces derniers mois montrent que les AFC ont été en ce domaine précurseurs et lanceurs d’alerte pour le bénéfice de tous.


Si les AFC luttent inlassablement en justice, elles proposent aussi une formation à l’éducation affective et sexuelle  » Grandir et Aimer  » et trois web-séries  » Le cours de la vie « , sur le même thème. Les AFC sont aux côtés des parents qui souhaitent éduquer leurs enfants à une pratique maitrisée du numérique et leur transmettre un message positif sur l’éducation à l’amour et à la sexualité.
La pornographie est une violence faite aux enfants : cette victoire n’est qu’un point d’étape dans le long combat pour protéger les enfants contre la déferlante pornographique sur les écrans.


Un accord entre le gouvernement et les fournisseurs d’accès à Internet pour contrôler l’accès des enfants aux contenus pornographiques en ligne a été signé en décembre 2019. Il formalisait l’ultimatum lancé par Emmanuel Macron qui donnait  » six mois aux acteurs de l’Internet pour nous proposer des solutions robustes « , à défaut de quoi  » nous passerons une loi pour le contrôle parental automatique « . Quinze mois plus tard, les AFC attendent encore que cet accord soit évalué par un bilan de son efficacité réelle.

8 mars 2021


Contact presse :

Claire Avalle

07 66 42 72 33
c.avalle@afc-france.org

Communiqué de presse : Echec de la Commission Mixte Paritaire sur la loi de bioéthique : et si l’on demandait l’avis des Français

La Commission Mixte Paritaire (CMP) composée de sept députés et sept sénateurs a examiné hier matin le texte de loi proposé par le Sénat. Moins d’une heure aura suffi pour s’apercevoir qu’aucun accord entre les deux Chambres n’était possible.


Le texte reviendra donc en nouvelle lecture devant l’Assemblée nationale puis devant le Sénat.


Cette loi devait être votée en un an à l’issue de débats apaisés. Cela fera bientôt deux ans que son examen a commencé et l’opposition reste forte et déterminée dans l’opinion publique, à l’Assemblée nationale et surtout au Sénat.


Les consciences s’insurgent devant les nombreuses mesures idéologiques, injustes et mercantiles qu’elle promeut. Avant-hier, quatre-vingts députés et sénateurs ont demandé le retrait de la loi au motif que  » les Français ne sont pas suffisamment informés et que l’ensemble du texte suscite une vive opposition entre les chambres du Parlement « . (Tribune Le Figaro du 16 février 2021)


70 % des Français souhaitent que le projet de loi soit suspendu ou que les mesures qui divisent le plus les élus soient supprimées. (Sondage IFOP pour la Manif pour tous du 9 au 11 février 2021)


Les Associations Familiales Catholiques ont adressé aux parlementaires un texte de proposition de loi pour initier un Référendum d’Initiative Partagée afin que l’avis des Français sur un sujet aussi inquiétant et impactant pour la société que la fabrication de chimères puisse enfin leur être demandé. En effet, leurs conséquences (franchissement éthique de la barrière entre les espèces, transmission de maladies animales à l’homme ou risque d’une certaine humanisation de l’animal) seraient irrémédiables.


Cette disposition est emblématique d’un texte aux dispositions imprudentes et insuffisamment évaluées.

La société prend peu à peu la mesure de sa transgression, désormais cristallisée au Parlement : PMA excluant le père et remboursée par la sécurité sociale, filiation fictive, transgressions transhumanistes, manipulation des embryons, autorisation des embryons chimériques animal-homme, interruption médicale de grossesse pour une nébuleuse « détresse psycho-sociale ».


Avec Marchons Enfants ! les Associations Familiales Catholiques demeurent extrêmement attentives, mobilisées et déterminées. Elles demandent la suspension de ce projet de loi qui divise tant les parlementaires et les Français.