La Marche pour la vie a besoin de vous le 16 janvier à Paris !

https://enmarchepourlavie.fr/wp-content/uploads/2020/10/MPLV22_Facebook_Photo-partagee-1200x630-1.jpg

En cette période d’examens, veille de vacances et de retrouvailles en famille, inscrivez-vous au plus vite pour la marche du 16 janvier 2022. Il faut pouvoir sécuriser un maximum de bénévoles avant Noël pour pouvoir garantir la bonne organisation de l’événement. À ce jour il n’y a que 150 personnes sur les 1000 nécessaires. Merci d’avance pour votre générosité et votre réactivité ! 

Avant de partir en vacances, n’hésitez pas à passer au 37 rue des Volontaires à Paris (porte verte en face du 36, numéro de téléphone à appeler affiché sur la porte) pour récupérer des tracts pour la Marche et ainsi diffuser l’information partout ! Et si vous êtes disponibles pour aider à assurer une permanence à la rentrée ou cette semaine pour la distribution des tracts, contactez-nous à benevoles@enmarchepourlavie.fr, on recherche du monde!

Pour les non-parisiens, n’hésitez pas à contacter l’adresse suivante : car@enmarchepourlavie.fr si vous souhaitez prendre part à l’organisation d’un car au départ de votre ville.

Des boîtes de Noël pour les plus démunis : toute la famille peut participer !

Aperçu de l’image

En cette période de fêtes de fin d’année, différentes opérations de solidarité sont menées un peu partout.

Cette année, L’UDAF 69 s’y investit davantage en partenariat avec la Croix-Rouge.

Comment faire ? Rien de plus simple !

Dans une boite à chaussures ou un carton à emballer avec du papier cadeau, on met :

– un truc bon (chocolat, bonbons ou autres gourmandises, fruits secs, apéro…)

– un mot doux

– un loisir (un livre, un magazine, une BD, un film…)

– et ce que vous voulez….

Ces boîtes sont à déposer auprès d’Hassina Lakhal, sur l’antenne de l’UDAF de Lyon (12 bis, rue Jean-Marie Chavant 69007 LYON), avant le 17 décembre. Elles seront ensuite remises à la Croix-Rouge. N’hésitez pas à relayer dans vos réseaux !

La Marche pour la vie a besoin de vous !

Chers amis bénévoles de la Marche Pour la Vie, L’examen de la proposition de loi de la députée Albane Gaillot ces derniers jours pour l’allongement de la période légale de l’avortement à 14 semaines nous montre une nouvelle fois combien notre combat pour la Vie est d’actualité et combien il est nécessaire de montrer que nous ne lâcherons jamais sur la défense de la Vie de son début à sa fin naturelle!  La prochaine Marche pour la Vie le 16 janvier 2022  sera l’occasion de montrer notre ferme attachement à ce combat. Elle ne pourra cependant pas avoir lieu sans vous et votre dévouement aux différents postes de bénévolat : nous avons besoin de 1000 bénévoles, dont 350 dans la sécurité : alors ne comptez pas sur les autres pour remplir ces services et inscrivez-vous dès maintenant via les liens ci-dessous! Et parce que c’est plus sympa à plusieurs, faites inscrire vos amis et votre famille avec vous !  Merci d’avance pour votre générosité et votre réactivité qui permettront que cette manifestation de notre opposition à la cuture de mort puisse avoir lieu et être préparée dans de bonnes conditions ! Et pour que nous soyons nombreux, n’hésitez pas à passer récupérer des tracts et affiches à Paris. Pour connaître les modalités contactez-nous à benevoles@enmarchepourlavie.frDevenir bénévole !
Engagez-vous, invitez vos amis, familles, associations à faire de même en partageant ce mail et le lien https://volunteo.com/fr/r/mpv2022 ! Ne laissons pas passer dans un silence complice ces nouvelles mesures!! La veille de la Marche pour la Vie, une session de formation vous sera proposée : l’occasion d’être davantage armés sur ces sujets brûlants !
Pour nous suivre et rester informés sur la Marche pour la Vie, un seul lien :enmarchepourlavie.fr

Juristes pour l’enfance : leurs dernières actions

  • Actions en faveur des enfants et des adolescents en questionnement de genre

Nous assistons à une augmentation inquiétante des enfants en questionnement de genre, et à une déferlante de l’approche dite « trans-affirmative » prônant « l’affirmation sociale » des enfants (leur auto-détermination dans le genre qui leur convient et l’obligation pour les tiers de les interpeller avec le prénom et le pronom qu’ils choisissent), ainsi que l’affirmation médicale (prise d’hormones bloquant la puberté et/ou d’hormones sexuées antagonistes donnant l’apparence du sexe opposé, puis chirurgie de « réassignation »).

Afin d’offrir aux parents et professionnels de l’enfance des pistes concrètes pour aider de façon constructive les jeunes concernés, Juristes pour l’enfance a organisé le 20 novembre un colloque sur ce thème, en partenariat avec l’association Famille et Liberté.

Environ 140 participants étaient réunis pour entendre des experts (le Dr Anne-Laure Boch neurochirurgienne, Jérôme Brunet consultant, le Dr Christian Flavigny pédopsychiatre, Inès de Franclieu intervenante en milieu scolaire, Rita de Roucy psychologue thérapeute, Olivia Sarton, Aude Mirkovic et Sabine Le Conte, juristes) exposer les dangers de l’approche trans-affirmative des questionnements de genre chez les enfants, et donner des pistes de réflexion et d’action.

Nous travaillons en vue d’une publication des actes afin de faire parvenir cette expertise précieuse au plus grand nombre ! Pour écouter Aude Mirkovic évoquer le sujet :

Audition des jeunes par un rapporteur du Comité des droits de l’enfant de l’ONU
Deux jeunes du groupe « Nous, Enfants » (branche jeunes de notre association) ont été auditionnés au mois de septembre 2021 par Madame Suzanne Aho Assouma, membre expert du Comité des droits de l’enfant (CRC), rapporteure en charge du dossier de la France dans le cadre du 6ème examen annuel périodique de notre pays par cet organe de l’ONU. Cette audition faisait suite au rapport circonstancié adressé au CRC par le groupe de jeunes en 2020.
Les deux jeunes ont détaillé leurs arguments sur :
les ravages de la pornographie chez les enfants et les jeunes 
l’inadéquation de l’éducation à la sexualité et l’atteinte au respect des opinions et convictions des enfants dans le cadre scolaire ;
la compromission de la France vis-à-vis de la gestation pour autrui.
Nous travaillons maintenant en vue de la participation physique directe de deux jeunes du groupe « Nous, Enfants » à la réunion du Comité des droits de l’enfant à Genève.