Pascale Morinière explique que l’article 1 de la loi bioéthique – le plus emblématique – cache en fait la logique générale du projet de loi qui vise à organiser une procréation marchande et technique


Après le vote, la semaine dernière, par le Sénat de l’article 1 de la loi de bioéthique, ouvrant le droit à la PMA pour toutes les femmes, Pascale Morinière, présidente de la Confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC), explique que cet article – le plus emblématique – cache en fait la logique générale du projet de loi : une logique qui vise à organiser une procréation marchande et technique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.