Communiqué de presse des AFC – Objectifs 2022 de la Branche Famille : une politique familiale sans ambition ni cohérence

13 juillet 2018

Le conseil d’administration de la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF) a adopté mercredi 11 juillet la nouvelle convention d’objectifs et de gestion (COG) pour la période 2018-2022, qui fixe ses principales ambitions en matière de politique familiale et les moyens pour y parvenir. Elle sera ensuite signée par le Gouvernement.

Les AFC saluent l’effort consenti pour compenser le désastreux bilan de la précédente convention, sur lequel elles ont maintes fois alerté les décideurs publics. Pourtant l’ambition de créer 30 000 places en crèche d’ici à 2022 reste bien loin des besoins de familles tels qu’évalués par le Haut Conseil de la Famille (230 000 places).

Les AFC regrettent aussi que la COG ne tienne pas compte, au moment de dimensionner les efforts demandés aux familles, des charges auxquelles elles sont confrontées. Une telle approche conduit à exiger des efforts tout particuliers de la part des familles les plus nombreuses, dont la disparition progressive est pourtant une des principales explications de la dégradation continue de la natalité française.

Les AFC approuvent les mesures en faveur des familles les plus fragiles mais elles regrettent que celles-ci ne soient pas financées par la solidarité nationale mais par la politique familiale. En effet, ces nouvelles mesures vont être financées par des économies et des hausses de tarifs qui ne seront supportées que par les seules familles qui ont charge d’enfants. Les AFC redisent en conséquence avec force que sans politique familiale ambitieuse, c’est à dire associant tous les Français, notre taux de natalité – garant notamment de la viabilité de notre système de retraites – continuera de décroître inexorablement comme cela est le cas depuis 3 ans.

 

Communiqué de presse : Résolution du Conseil de Présidence pour un printemps démographique

Bruxelles, le 16 Avril 2018
Le Conseil de Présidence de la Fédération des Associations familiales catholiques en Europe réuni la semaine dernière à Vienne pour sa réunion de printemps a publié la résolution suivante.
***
L’hiver démocratique est une urgence silencieuse qui concerne tous les pays européens. Pour cette raison, rassemblés à Vienne pour notre réunion de printemps, nous les Présidents et les délégués du Conseil de Présidence de la Fédération des Associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) souhaitons attirer l’attention sur cette situation qui est au cœur de problèmes financiers et sociaux qui doivent être traités. Il n’y a pas le temps d’attendre. Il n’y a plus d’excuses à invoquer. Nous devons agir pour le bien des personnes âgées, les droits de notre jeunesse et le futur de nos enfants.
– Rappelant la déclaration à l’occasion de son XXe Anniversaire : Les familles sont le trésor de l’Europe et la pierre angulaire du futur (Rome le 31 mai 2017), demandant aux Gouvernements des Etats européens de créer et promouvoir des politiques familiales au niveau national et de promouvoir des politiques favorable à la famille au niveau européen tout en respectant le principe de subsidiarité;

– Considérant la résolution du Parlement européen du 4 juillet 2017 sur les normes européennes pour le XXIe siècle (2016/2274 (INI)) soulignant la nécessité de prendre en compte le vieillissement démocratique de l’Europe;

– Considérant le pronostic démographique pour l’Union européenne (Décembre 2017) qui reconnait que l’Europe vieillit de manière dramatique ;

– Considérant le document de politique publié par la Fondation Schuman sur Europe 2050 : le suicide démographique (27 février 2018) ;

La FAFCE demande aux dirigeants de l’Union européenne et de ses Etats membres de :
1. Elever le niveau de prise de conscience sur l’hiver démographique et l’urgence d’agir en ce domaine par des initiatives internationales ;
2. Mettre en œuvre une politique qui reconnaisse la place unique, fondamentale et irremplaçable de la famille dans la société et qui la considère comme la première « entreprise », par qui le désir de vie pour notre continent s’exprime non seulement par des initiatives économiques mais spécialement par le fait d’élever des enfants puisque « l’esprit d’entreprise reste étroitement lié à l’esprit de famille » (Cf. Europe 2050 : le suicide démographique, p. 6) ;
3. Considérer qu’une véritable politique familiale n’est pas qu’un simple soutien social, mais représente une politique tournée vers l’avenir pour le bien commun dans une société vieillissante ;
4. Soutenir activement la demande des jeunes gens qui envisagent de prendre leurs responsabilités et de construire une famille avec plusieurs enfants, mais sont souvent découragés par des politiques inadéquates et individualistes qui sont hostiles à la famille ;
5. Soutenir des soins palliatifs et des politiques de soins à domicile avancés, qui protègent la dignité de chaque personne jusqu’à la mort naturelle ;
6. Mettre la famille au centre des politiques nationales afin que l’hiver démographique puisse devenir un printemps démographique pour donner sa forme au futur de l’Europe.
Vienne, le 12 Avril 2018
***
Contact: 
Nicola Speranza, Secrétaire Général
+32 498 46 02 20

Politique familiale : les AFC auditionnées par le Sénat le 26 octobre 2017

 

logo senatJean Marie Andrès, président national, et Pierric Mallié-Arcelin, délégué général de la CNAFC ont été auditionnés le 26 octobre dernier par la sénatrice Élisabeth Doineau, vice-présidente de la commission des affaires sociales du Sénat, sur le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2018.

Rejoignant l’unanimité des autres associations familiales, les AFC ont dénoncé avec force le nouveau coup de rabot scandaleux sur les prestations familiales prévu en 2018, notamment la baisse du montant et des plafonds de la PAJE, traduisant une injustice pour les familles et une grande méconnaissance des objectifs de la politique familiale.

Les AFC ont relayé un objectif ambitieux, proposé par l’UNAF : permettre aux familles d’avoir le nombre d’enfants qu’elles souhaitent. En effet, le nombre moyen d’enfants désiré par famille est de 2,39 enfants, pour un indice conjoncturel de fécondité de 1 ,93 enfant par femme seulement, en baisse marquée depuis quelques années.

Les AFC ont fait part de leurs vives inquiétudes pour 2019, en particulier de la fin de l’universalité des allocations familiales – et pourquoi pas d’autres prestations sociales : assurance maladie, … ? – et des risques majeurs que fait courir le prélèvement à la source sur la familiarisation de l’impôt.

Enfin, les AFC ont demandées à être associées pleinement aux travaux de refonte de la politique familiale annoncés en 2018 et ont invité les sénateurs, dans leur sagesse, à être les gardiens de la politique familiale et de refuser qu’elle soit modifiée sans étude d’impact préalable.