Communiqué de presse AFC – Chantiers-Éducation : donner confiance aux parents

Depuis plus de 25 ans, les Chantiers-Éducation, créés au sein des AFC, soutiennent les parents dans leur mission de premiers et de principaux éducateurs de leurs enfants.

Ouverts à tous, les  » Chantiers  » sont un temps d’écoute, d’échange et de partage sur les questions éducatives.

En équipe de 6 à 10, les parents se rencontrent une fois par mois pendant l’année scolaire. Les sujets sont variés : les rivalités frères-sœurs, l’articulation vie familiale-vie professionnelle, les écrans, les peurs de nos enfants, la confiance en soi, l’autonomie… Les participants y enrichissent leurs expériences quotidiennes d’éducation et développent leurs compétences à rechercher le Bien pour chaque enfant.

Aujourd’hui, plus de 600 Chantiers-Éducation font leur rentrée en France et à l’étranger. Des Chantiers-Education spécifiques se développent autour du handicap, de la précocité, ou en partenariat avec d’autres associations ou des mairies. Des Chantiers-Éducation de grands-parents se multiplient.

Rejoindre un Chantier-Education est pour les parents un tremplin pour élargir ses manières d’être et de faire pour éduquer ses enfants.

 

Réflexion éducative avril 2018 «On a tous un rêve pour nos enfants.»

Ce qui est frappant aujourd’hui, c’est la fatigue des parents. Ils s’occupent extraordinairement bien de leurs enfants mais portent beaucoup de choses. Ils veulent tout mener de front  et tout réussir : vie de couple, vie familiale, vie professionnelle… La recherche de la perfection est épuisante, il est essentiel de se reposer.

Les parents aimeraient que tout aille bien puisqu’ils font les choses bien ! Ils attendent parfois trop de leurs enfants. Un enfant se tiendra bien quatre fois, mais pas la cinquième ; c’est ce comportement qui est normal. Les enfants sont plein d’énergie qu’ils ne canalisent pas toujours parfaitement ; encore une fois, c’est normal. Les parents voudraient que, lorsqu’ils disent quelque chose une fois, cela soit acquis définitivement. Mais non, il n’y a rien de linéaire ! L’éducation, c’est un perpétuel recommencement : on dit, on répète, on répète encore, et encore. Et puis on punira peut-être. Il est important que les parents ne se découragent pas. Ils ne doivent pas perdre confiance. L’éducation, c’est un peu un chemin à l’aveugle, avec des détours, des arrêts. La souplesse dans l’éducation est essentielle, mais elle n’est pas sans interdits, sans lois, sans indications. Les parents sont toujours dans un mouvement d’équilibre et de réajustements permanents.

Aimer son enfant est exigent parce qu’on voit ses bons et ses mauvais côtés. Le principal est d’avoir confiance en lui pour faire quelque chose de sa vie. Un enfant est très sensible à l’idéal que ses parents projettent sur lui. Face aux difficultés, il est important de revoir cet idéal, non pas à la baisse, mais par rapport à ce que l’enfant « est » vraiment. C’est le plus difficile : adapter notre regard à ce qu’est l’enfant. L’élever, c’est l’aider à devenir ce qu’il est vraiment. Cela signifie parfois renoncer à ce dont nous avions envie pour lui. On peut être dérouté par le cheminement et les difficultés d’un jeune. Nous ne sommes pas des parents parfaits mais on peut essayer d’être présent. C’est difficile pour un parent d’accepter que son enfant ait son histoire, sa liberté. Et qu’il y a des trajectoires plus faciles que d’autres. Etre un parent suffisamment bon, c’est passer du temps « avec », être présent et laisser libre. Aimer un enfant, c’est être dans cette attitude un peu paradoxale.

On grandit avec eux car on est tout le temps en train de se remettre en question ! Et ça, c’est formidable. Etre parents nous fait travailler sur nous-mêmes : d’abord parce que l’altérité dans le couple fait travailler sur sa propre éducation, mais aussi parce que les enfants nous font réfléchir aux normes du monde dans lequel on vit. Aujourd’hui, une partie de leurs valeurs viennent de la société beaucoup plus que du milieu familial.

Pour parler, il faut du temps, de la confiance. Il est essentiel de créer des moments pendant lesquels un enfant et un parent peuvent se parler.

La force des parents aujourd’hui : ils sont très à l’écoute de leurs enfants. Les pères notamment prennent une place importante. Les enfants voient ainsi que chacun peut avoir son opinion et c’est important pour eux. Cela leur permet de découvrir l’altérité, les différences dans la famille. Que l’on peut se disputer, traverser des épreuves et être ensemble. Il est également important qu’ils voient la tendresse, l’amour, la joie ! et le rire en famille !

Propos tirés du guide de Geneviève de Taisne « Etre parents : une école de vie »